Débuter en Simracing, les bases

1

Le simracing c’est profiter de la capacité de nos PC actuels à nous immerger sur un circuit au volant de nos bolides préférés. Pour cela j’ai du investir dans un volant de simulation et les jeux adaptés. J’insiste bien sur l’aspect simulation et non arcade de mon projet.

Avant de dépenser son argent, il faut bien savoir ce que l’on recherche. Vu mon age, j’ai déjà beaucoup utilisé les jeux de course de voitures. Le problème de jeux d’arcade, c’est le manque de réalisme au niveau de la conduite, des chocs et de la physique. De plus toutes les voitures ont le  même comportement, c’est juste la forme et la marque qui changent.

Actuellement, il existe une offre de jeux réalistes qui permettent de prendre du plaisir sans aller dans des salles de simulation dédiées. Chaque circuit et chaque voiture sont modélisés avec soin. La physique est réaliste et donc la conduite complexe. Mais surtout c’est le mode multi qui prime avec la possibilité de se confronter aux meilleurs joueurs du monde.

Le matériel nécessaire pour le simracing

Si on parle simulation on conduit forcement avec un volant. Ni une manette ni au clavier. Quand on parle volant pour mois il y a trois segments de marché. Les volants bas de gamme jusqu’à 199€, les volants avec retour de force à moins de 400 € et les volants direct drive à plus de 1000 €.

Les volants entrée de gamme

Ne sachant pas si j’aurais du plaisir à jouer j’ai commencé par un volant à une centaine d’euro. Pour ce prix, la principale fonctionnalité absente c’est le retour de force. très vite, en 1 mois, je me suis rendu compte que je ne pourrais pas progresser avec ce matériel. Le retour de force est une fonctionnalité indispensable pour la simulation mais aussi bien maitriser la voiture. Sans les informations du volant on part souvent hors de la piste faut d’avoir senti la voiture se dérober.

Speedlink drift O.Z

Speedlink drift O.Z

J’ai choisi le speedlink drift O.Z. Principalement pour le prix. il est reconnu sans driver. D’ailleurs il ne faut surtout pas installer celui livré avec. Il faut prendre de temps de bien l’étalonner car  il n’est pas très précis et il n’est pas évitent de faire coïncider la position centrale avec la position des roues. IL se maintient par des ventouses, sans commentaire, ce n’est pas idéal.

Les volants retour de force

J’ai donc de suite cherché à m’équiper en volant avec retour de force. Je précise que lorsque je dis volant, c’est une pack qui comprend le boitier moteur de retour de force, le volant et le pédalier. Certains qui aiment passer les vitesses ajoutent le levier de vitesses. Pour ma part je n’utilise que le palettes au volant. Niveau prix deux catégories. Les grands publics et ceux pour les pro. Pour monter en gamme je me suis concentré sur les volants grand public. Principalement vous avez deux marques, Logitech et Thrustmaster qui sont déjà bien connues des gamers. Je me suis dirigé vers le G29 de Logitech tout simplement pour des raisons de promotions. Notez que le Logitech G920 est le même mais il est compatible XBOX alors que le G29 playstation. Le G29 est plus joli avec son gros bouton rouge.

Ici on change de catégorie. Le poids n’est pas du tout le même, moteur oblige. Le volant est équipé de deux points de fixation et le pédalier est très ferme bien plus proche d’une voiture. J’avais peur de ne pas pouvoir le fixerchez moi car j’ai un bureau très épais. Comme vous pouvez le voir sur le photo il accepte facilement plus de 4 cm d’épaisseur.

Fixation bureau

Fixation bureau

Dès les premiers tours de roue, je constate que le plaisir est bien plus intense avec le retour de force. On sent mieux la route et on a plus d’informations sur la conduite. Pour tout dire c’est le jour et le nuit par rapport à mon, ancien volant. On peut progresser car sur les mêmes pistes d’un coup on est bine meilleur. Je recommande donc de passer, dès le départ, sur un volant avec retour de force.

Niveau configuration, le driver Logitech est indispensable. Il détecte les jeux installés et permet d’avoir une configuration personnalisée jeu par jeu.

Les volants direct drive pour les pro

Catégorie supérieure des volants à retour de force. On a les volant direct drive. Ici on est sur du matériel pour les passionné qui roulent beaucoup et les pro qui veulent se monter une configuration de simulation complète. Le budget est supérieur à 1000 €. Chaque élément se choisi individuellement. La base c’est le moteur retour de force. vous avez les plus connus, Fanatec, accuforce, osw, Le Moteur très puissant nécessite de gros bras pour le tenir et un support dédié. En fait pour ce type d’investissement, il faut se lancer si on est gros joueur et bine installé, chaise, support, grand ou triple écran, PC à jour des dernières cartes graphiques. Je verrai plus tard si je passe le cap.

Fanatec-CSL-Elite-PS4-10-800x533

Fanatec-CSL-Elite-PS4-10-800×533

Un kit complet en image

Kit Club sport Fanatec

Kit Club sport Fanatec

 

les simulateurs les plus populaires

Une fois le matériel choisi il faut choisir aussi un jeu adapté. Il n’en existe pas beaucoup dédiées simulation. Pour ma part j’en ai choisi deux.

Assetto corsa et Iracing. Ces deux simulateurs présentent des différences importantes.

Pour Assetto Corsa c’est un jeu ouvert à tous, 30€ hors promo. On peut l’utiliser pour débuter et on maitrise son budget en achetant la licence de base une fois pour toute. Il existe des pack addon pour avoir de nouvelles voitures, ce n’est pas obligatoire. Le mode multi existe, pour bien en profiter une faut trouver un groupe avec qui jouer sinon c’est la guerre et le nombre d’accrochages décourage de rouler. La dynamique des voitures est bonne, la prise en main est rapide.

Assetto corsa

Assetto corsa

Pour ce qui concerne Iracing, le modèle économique est différent. Il faut payer un droit annuel mais en plus il faut ensuite acquérir des voitures et des circuits à 15€ pièce. Je pense que j’ai déjà dépensé 100€ et je n’ai pas tout acquis. On trouve sur le net de nombreux coupons pour avoir des réductions sur l’abonnement annuel. Une fois abonné on découvre un autre univers. Chaque pilote est évalué en fonction de ses courses et de sa façon de conduire. Résultat, tout le monde fait attention à ne pas provoquer de sorties de route et d’accidents. On monte en niveau petit à petit et on accède alors à de nouvelles divisions de compétitions. C’est l’aspect qui me plait dans ce jeu c’est que l’on ne tourne qu’avec des personnes qui veulent progresser. Pour découvrir du bon niveau, je recommande les vidéos de Partaille qui nous fait partager sa passion. Notez qu’il utilise en Volant Accuforce.

iracing

iracing

Il existe d’autres jeux équivalents comme project car 2, rfactor, mais je ne parle que de ce que je teste moi-même selon la sélection que j’ai faite. En fait la meilleure simulation est celle qui répond à vos objectifs de conduite. F1, endurance ou rally ? plaisir ou simulation à fond ? budget ?

Avant Tout il faut aller lire les avis des utilisateurs et regarder les vidéos in game de joueurs. Pour moi on ne peut pas avoir plus de deux jeux en même temps vu le temps que cela prend. Une course sérieuse c’est 30 minutes minimum et 1 heure pour bien en profiter. Avant il faut s’entrainer sur la piste pour maitriser les vitesse de passage et les difficultés. Mon préféré c’est Iracing pour l’aspect classement, propreté des courses mais il est cher.

Par xymag, retrouvez nos vidéos sur http://www.xymag.tv.

 

 

One Response to Débuter en Simracing, les bases

  1. Pingback: Joel Real Timing, le must have de Iracing | XY Mag

Leave a Response

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*