Les langages de programmation de demain

0

Nous, utilisateurs de logiciels savons rarement comment a été programmé notre logiciel préféré. Que cela soit un jeu ou un utilitaire, il peut être utile de savoir à quel monde de programmation il appartient.

Il faut savoir qu’il existe principalement deux modes de programmation ;

  • les langages de programmation qui font interface entre le langage humain et le langage machine.
  • les Frameworks qui sont des boites à outils de programmation eux même développés à partir d’un langage mais permettant de développer plus vite et souvent spécialisés dans leur domaine : Windev pour la gestion, unreal engine pour les jeux

Les langages utilisés

C’est en lisant de classement 2011 du site de TIOBE que nous est venue l’idée de cet article.

Premier constat, le monde de la programmation est très fragmenté, le premier langage utilisé ne dépasse pas 18% de part de marché.  Second constat etonnant, les parts de marché de chaque langage sont assez stable depuis 10 ans.

tpci trends 300x225 Les langages de programmation de demainSource : http://www.tiobe.com/index.php/content/paperinfo/tpci/index.html

En 2011, pour la première fois le langage le plus utilisé est Objective-C de Apple. Ce succès est bien sur dû au succès des IPAD et Iphone. Nous pouvons penser que cela sera la seule et unique fois. Apple va se faire dépasser par Android en 2012 et le monde de la programmation va basculer sur un  autre langage en raison des volumes plus importants. C’est pourquoi la chasse au langage de 2012 est ouverte.

Les prétendants sont le langage R et F#. Vous en conviendrez ce ne sont pas les plus connus.

Le langage F#

Source : http://laurent.le-brun.eu/site/index.php/2007/10/01/24-presentation-du-langage

F# est un langage dérivé de Caml et conçu spécifiquement pour la plateforme .NET. C’est un langage fonctionnel (et incitant ce mode de programmation), entièrement orienté objet (même les entiers sont des objets et peuvent avoir des méthodes) et supportant la programmation impérative.

Il est dérivé de Caml : il est même possible d’écrire des programmes qui puissent être compilés à la fois par F# et par Caml. C’était par exemple le cas du compilateur F# lui-même, au départ. Malgré cette proximité, il s’agit bien de deux langages distincts. Certaines fonctionnalités de Caml ne sont pas acceptées par F# ; à l’inverse, F# possède de nombreux ajouts par rapport à Caml.

F# a été créé spécifiquement pour la plateforme .NET. Il bénéficie d’une bonne intégration (contrairement à certains langages qui ont seulement été portés pour .NET). Cela lui permet aussi d’accéder à une très large bibliothèque, de pouvoir s’utiliser avec l’ASP, avec Silverlight, avec XNA et la XBox, etc.

C’est un vrai langage fonctionnel et il possède toutes les fonctionnalités que l’on attend dans ce paradigme. Il permet de créer ses structures de données de façon très concise et puissante. Il possède un typage statique et fort, et peut inférer les types. Cela réduit considérablement le débogage et permet de faire du code sûr.

F# est un langage très concis et très expressif. Sa verbosité est comparable à ce que l’on trouve dans Python ou Ruby. Il est très souple, peut utiliser du typage dynamique lorsque c’est nécessaire, peut utiliser l’évaluation paresseuse quand il le faut, possède un système de filtrage par motif (pattern matching) extensible, permet de manipuler des flux de manière poussée (via les compréhensions et un système de monades), etc.

Au final, F# est un langage innovant et possédant de nombreuses fonctionnalités uniques. Il est issu de la recherche de chez Microsoft. Il est encore jeune, évolue très rapidement, mais il est déjà stable comme en témoigne son intégration dans Visual Studio.

Langage R

Source : http://eric.univ-lyon2.fr/~ricco/cours/cours_programmation_R.html

R est à la fois un logiciel de statistique et un langage de programmation.

R est un logiciel de traitement statistique des données. Il fonctionne sous la forme d’un interpréteur de commandes. Il dispose d’une bibliothèque très large de fonctions statistiques, d’autant plus large qu’il est possible d’en intégrer de nouvelles par le système des « packages », des modules externes compilés (sous forme de DLL sous Windows) que l’on peut télécharger gratuitement sur internet. R propose également une palette étendue de fonctionnalités graphiques. Il est possible d’utiliser R en mode interactif sans jamais avoir à programmer.

R est un langage de programmation interprété dérivé de S (disponible dans le logiciel S-PLUS). A ce titre, il en intègre toutes les caractéristiques : données simples et structurées, opération d’entrée-sortie, branchements conditionnels, boucles indicées et conditionnelles, récursivité, etc. En particulier, il nous sera possible de créer de nouvelles fonctions de traitement de données avec le langage R.

Des langages spécialisés

Ce que permet de constater cette étude, c’est que les langages sont de plus en plus spécialisés. Le R est dédié au traitement des données statistiques et aux restitutions visuelles.

Le F# lui plutôt dédié applications web.

Mais surtout les langages Open Sources sont les plus appréciés des développeurs. C’est un changement important par rapport au passé ou les langages étaient édités par Borland et Microsoft.

Actuellement ils sont gérés par de communautés. Les développeurs en ont assez des langages que les éditeurs ne maintiennent pas pour faire évoluer tout le monde sur une nouvelle plateforme sans tenir comptes des investissements faits. Les derniers exemple de Silverlight ou Flash sont une bonne illustration.

En effet les applications de gestion comme les jeux nécessites des investissements très importants et ne peuvent pas de ré-écrires tous les 3 ans. Pour les jeux vidéos le volume des ventes est à mettre en regard des investissement nécessaires  dans la production. Pour les logiciels de gestion, souvent le marché est trop étroit pour se permettre de tout changer, surtout les clients ne le veulent pas du tout.

L’étude de TIOBE permet de découvrir que le monde du développement est plus éclaté et conservateur que l’image d’innovation le laisse penser.

Par XY Mag le podcast technologique, retrouvez nous videos sur notre site http://www.xymag.tv

 

Leave a Response

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>